Département Enseignants Enseignements Recherches Colloques Elèves

Kinétraces

Ouverture du séminaire Kinétraces intitulé : "La séance de cinéma : sémantique, pratiques, imaginaires".

Le séminaire Kinétraces 2018 "La séance de cinéma : sémantique, pratiques, imaginaires" revient en février avec deux interventions autour des dispositifs de la séance de la période muette — entre salle et écran.

Jeudi 22 février Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque) Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

Au programme : • Ferdinando Gizzi – Docteur en Histoire des Arts et du Spectacle, Université de Florence. Chargé des acquisitions en langue italienne au département du Développement des collections de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) « La séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux selon le Fascinateur (période 1903-1914) : un essai de reconstruction ».

• Marion Polirsztok – Chercheuse post-doctorale en études cinématographiques et audiovisuelles – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 « Entre la scène et l’écran : atmosphère et imaginaire du Prologue dans la séance de cinéma aux Etats-Unis dans les années 1920 ». Pour plus de détails consultez notre carnet hypothèses : https://seances.hypotheses.org/ Ou rejoignez notre évènement : https://www.facebook.com/events/320...

Interventions de 18h à 20h Suivies d’un pot Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation

Lundi 29 janvier de 18 à 20h Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris) Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

Au programme :
- une introduction par les porteurs du projet

- suivie d’une intervention de Mireille Berton Maître d’enseignement et de recherche Section d’histoire et esthétique du cinéma Faculté des Lettres, Université de Lausanne, qui portera sur :

« Le spectateur distrait : les femmes dans les salles de cinéma au début du vingtième siècle ».

« Cette intervention propose d’analyser la manière dont la présence des spectatrices a été appréhendée dans les années 1910 et 1920, de sorte à mettre en évidence la prédominance de discours portant sur la visibilité des femmes dans des espaces publics jusque-là dominés par les hommes. Qu’il s’agisse de déplorer les cris des bébés qui accompagnent leur mère, de critiquer les chapeaux volumineux qui cachent l’écran ou de se plaindre de leurs épanchements sonores, les femmes sont considérées comme une entrave au rituel cinématographique. Aux côtés des discours sur les désagréments causés par leurs excès physiques et psychologiques, il en est un autre qui s’est développé sous différentes facettes : celui sur l’attraction que représente le corps de la spectatrice, laquelle est en droit de visiter les vues animées sans forcément être escortée par un homme. La spectatrice apparaît alors comme un objet de regard et de désir, au même titre que le film concentre l’attention du public – cette concurrence mettant en évidence l’association implicite entre la femme et les pouvoirs suggestifs des images mouvantes (...) »

Entrée libre et ouverte à tous.

Lien vers l’évènement : https://www.facebook.com/events/194... Découvrez le programme complet du séminaire : https://seances.hypotheses.org/

Un cycle soutenu par la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 ; l’Université Paris Diderot - Paris 7 (CERILAC, axe EMOI) et le laboratoire ESTCA de l’Université Paris 8.

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS