Tristan Garcia & Jussi Parikka

 

, par Grégory Chatonsky

Imagination artefactuelle et imaginaire artificiel
Tristan Garcia

Nous distinguerons tout d’abord l’artificialité comme projet récent de production d’une subjectivité (l’intelligence artificielle) de l’artefactualité comme projet très ancien de production d’une objectivité (un artefact, quelque chose qui a été voulu et qui n’a plus besoin de cette volonté pour être ce qu’il est).
Après avoir pris acte de la crise d’une définition d’un artefact comme produit de l’art (donc d’une fin) opposé aux produits spontanés de la nature (donc d’une simple cause), nous proposerons de penser des degrés d’artefactualité, c’est-à-dire des degrés d’intégration de représentations dans la production d’objets.
Concevant l’imagination comme la faculté de produire des images, nous envisagerons la possibilité de production artificielle d’images artefactuelles, depuis Niepce ou les publicités de Kodak (« appuyez sur le bouton, nous faisons le reste ») jusqu’au récent réseau neuronal artificiel conçu par des scientifiques japonais pour transcrire des images mentales.
Nous nous demanderons enfin s’il existe une différence entre faire des images et se faire des images, entre l’imagination, productrice d’images extériorisées, et l’imaginaire, création d’images intériorisées.
Reconnaissant l’existence nécessaire d’une imagination artefactuelle, nous estimerons néanmoins qu’il n’existe pas encore d’imaginaire artificiel.

Tristan Garcia, né le 5 avril 1981 à Toulouse, est un écrivain et philosophe français. Il est maître de conférences à la faculté de philosophie de l’Université Jean-Moulin-Lyon-III.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tristan_Garcia

Surface Fabrication
Jussi Parikka

This talk will elaborate some themes from my Geology of media book and relating it to the topic of surface as an object – and fabrication – of visual technologies but also calculation technologies that sometimes go by the name of « AI » referring to particular pattern recognition and prediction. While materialities and depth of the earth has become a key way to investigate contemporary media culture it also allows a broader take on the dynamic variations of the earth including the technical mapping of earth surface. Hence, this talk will develop the ideas inherent in Geology of Media to tackle surface tension and the planetary infrastructures that map, organise and predict surface variation. It draws on the work of Abelardo Gil Fournier as a practice-based arts perspective to what the surface is, and develops that in ways that speak to topics of the post-digital and artificial imagination.

Jussi Parikka is a Finnish new media theorist and Professor in Technological Culture & Aesthetics at Winchester School of Art (University of Southampton). He is also Docent of digital culture theory at the University of Turku in Finland. He is the founding director of the AMT-research group on Archaeologies of Media and Technology. Parikka’s book on media archaeology is translated in French as Qu’est-ce que l’archéologie des medias (UGA Editions) and available in late 2017.
http://jussiparikka.net
https://www.southampton.ac.uk/amt/
Qu’est-ce que l’archéologie des média ?

Entrée libre et sans inscription
Intervenants : Jussi Parikka et Tristan Garcia
Date et heure : 16 avril 2018 – 14h-16h
Lieu : École Normale Supérieure – salle Dussane
45, rue d’Ulm, Paris 75005

http://postdigital.ens.fr/archives/portfolio/16042018