Giuseppe Longo

 

, par Grégory Chatonsky

Aléatoire et imagination dans les sciences de la nature vs. bruit et déréglage dans l’élaboration de l’information

Une vision des machines est toujours et d’abord une vision de l’humain. On parlera du regard sur l’aléatoire et sur le bruit, questions qui concernent nos choix théoriques en science ainsi que le problème de la mesure, et comment ce regard marque notre approche de la connaissance de l’homme et de la nature. On spécifiera les différentes formes du hasard que la physique et la biologie nous proposent. Il faut opposer ces formes à ce qu’on appelle le bruit dans l’élaboration et dans la transmission de l’information. Ce bruit peut affecter les machines input/output, mais il n’a rien à voir avec l’aléatoire qui contribue à la variabilité, la diversité, l’adaptation au cours de l’évolution des espèces et du développement des organismes. L’imagination humaine des formes du sens utilise l’aléatoire et le risque, en tant qu’imprédictibilité et invention des possibles ; elle résulte de l’action d’un corps dans un écosystème, dont la permanente réorganisation des fins est très différente du dérèglement d’une machine. Pouvons nous projeter cet imaginaire de l’homme, sa prise de risque, sur des (nouvelles) machines sans en perdre le sens et pour en faire des meilleures ?

Giuseppe Longo (né le 23 juillet 1947 à Rome, Italie) est un mathématicien, un logicien et épistémologue italien. Il est chercheur à l’École Normale Supérieure à Paris.
http://www.di.ens.fr/users/longo/

Entrée libre et sans inscription
Intervenants : Giuseppe Longo
Date et heure : 12 février 2018 – 14h-16h
Lieu : École Normale Supérieure – salle Dussane
45, rue d’Ulm, Paris 75005

http://postdigital.ens.fr/archives/portfolio/12022018