III. Le point de vue des institutions